Parution du Livre « Paradis Perdus » de Josselin Monclar

Rares sont les romans historiques qui trouvent encore des sentiers de notre mémoire laissés en jachère afin de les défricher. Car souvent aujourd’hui, le déluge d’informations et la médiatisation des conflits ont tôt fait de saturer le sujet quelques années à peine après la fin des hostilités.

Paradis Perduszen_logo

Catharsis et réconciliation vont de pair avec un travail de mémoire collectif essentiel afin de cicatriser les blessures. Or s’il y’ a un conflit qui a marqué le XXième siècle et qui n’a toujours pas ses étagères dans toutes les bonnes libraires, c’est bien la guerre du Liban.

Un grand homme de l’histoire du Liban Ghassan Tuéini avait bien dit dans « l’Histoire Illustrée du Liban » paru chez les Editions Larousse en 1988  « La guerre du Liban n’appartient pas à l’Histoire, puisqu’elle continue ».

Certes, plusieurs grands livres d’analyse politique ont été écrits et publiés de pair avec des livres de photos illustrant l’atrocité des combats. Mais en matière d’interprétation subjective et personnelle, le rapport du nombre de livres publiés par rapport à l’ampleur du désastre (destruction presque totale d’un pays et de son peuple ) est relativement mince.

La génération des parents des trentenaires d’aujourd’hui avait 20 ans au début de la guerre du Liban. Il est compréhensible qu’ils aient voulu tourner la page « illico presto » sitôt le calme revenu et reconstruire. Pour la plupart l’on ne parle plus que des « évènements » dans les salons… Exit les mentions des barricades, tranchées, massacres, déplacement de populations, exils, kidnapping et faillite en cascades toujours taboues.

Place des Canons

Les trentenaires d’aujourd’hui ne regardent que vers l’avant, pressés de subsister, se réinventer une vie et une place dans ce monde ( on ne peut que les comprendre) alors que les adolescents leurs jeunes cousin(e)s  ne vivent que pour aujourd’hui n’ayant plus de passé, comment peuvent-ils se projeter solidement dans l’avenir ?

Bien sûr, plusieurs initiatives d’ONGs et de la société civile ont vu le jour afin de garder le souvenir vivant mais elles restent trop peu nombreuses face à l’immensité de la tâche à accomplir.

7db409cb9bfc2b812e1ca4e05e61bb20

Aujourd’hui les Libanais réussissent admirablement mondialement et se trouvent dans les plus hautes sphères mais malgré cela, il survit toujours dans leur cœur un petit pincement de nostalgie et une question : « Et si la guerre du Liban n’avait pas eu lieu, où donc aurais-je été ? ». C’est en apprenant alors des erreurs du passé que se construit l’identité citoyenne et collective du futur. Reconstruction des villes sans vision fait tourner en rond, car ce sont surtout les âmes qui nécessitent d’être guéries de leurs traumatismes.

C’est donc à cet exercice courageux que s’est adonné Josselin Monclar dans son Roman « Paradis Perdus » publié chez l’Editeur.

Paradis Perdus

Amateur d’histoire et d’origine libanaise, Josselin est grand connaisseur du Liban, de sa culture, de ses religions, de son passé et de son présent. Il occupe aujourd’hui un poste important dans un grand groupe industriel.

lebanese_flag_4819516562

Mais n’ayant vécu la guerre du Liban que de Paris par survivants et médias interposés, hanté par ce passé dont il ne reste plus que des ombres, il décide courageusement à la manière de Dante Allighieri dans la « Divine Comédie » , de plonger dans les Enfers à la recherche du Paradis jusqu’à l’Absolution.

L’ouvrage est un plaisir à parcourir, la plume de Josselin telle la lame d’un poète Zen est tantôt légère et lumineuse dissipant les ténèbres, tantôt incisive, mêlant nostalgie de l’Orient d’antan aux excavations brutales d’un passé qui se dérobe.

Josselin est alors un Archéologue Urbain n’hésitant pas à aborder de front certains sujets controversés, lorsque les caresser du bout de pinceau ne suffit plus.

''Whispers from the Levant'' Kottaf el Wouroud-Emile Issa
« Génération Cendre »  photo Emile Issa

La trame se situe en 1992, soit juste après le silence des canons et les accords de Taëf, un jeune étudiant français est accueilli par une famille de chrétiens libanais, à Beyrouth. Au contact des habitants du quartier d’Achrafieh et de son ami Libanais Paul qui lui racontent leur ville, leur souffrance au sortir de la guerre, mais aussi leurs espoirs, il va mûrir et se métamorphoser. Cette quête initiatique est surtout un hommage au Liban d’aujourd’hui, doublé d’une magnifique histoire d’amour.

Mais le Liban, c’est aussi les Cèdres Millénaires, la terre Biblique, le Cantique des Cantiques, le Vin, Le Miel, les Mézzés, l’Encens et le lait, le Muezzin, le Narguilé, la convivialité et l’ouverture.

Qu’importe les défis du quotidien, une nouvelle génération talentueuse se hisse aujourd’hui un peu partout sur les podiums du monde entier : Mode, Economie, Technologie, Sport, Arts et Culture..

Cette génération reste attachée à son pays, Cadmus prince Phénicien n’a-t-il pas dû quitter en catastrophe ses rivages boisés du Levant voler au secours de sa sœur Europa enlevé par Zeus ? Ce n’est qu’après avoir transmis lors de ses voyages l’Alphabet et la Connaissance qu’il put enfin rentrer au pays victorieux.

Europa
« Le Rapt d’Europe » par Jean-Baptiste Marie Pierre 1750

Cette région du monde est témoin de l’Eternel Retour, le Phénix renait bien de ses cendres, et l’ordre du chaos.

« Paradis Perdus » de Josselin Monclar n’est pas seulement une recherche du temps perdu à la manière de Proust mais une Ode au retour pour mieux s’élancer.

Dans l’attente du ricochet:

« En guise de madeleine, vous reprendrez bien du Cèdre ? »

 

Kamsyn, Avril 2016

Lire un Extrait de « Paradis Perdus » de Josselin Monclar  cliquez-ici

Insta, Twitter & Facebook >  Kamsynmag

 

Série de Photos et mises en scènes « Murmures du Levant » par l’Artiste Emile Issa, travaillant la Mémoire de l’après-guerre chez la jeune generation. ( Exposées Musée MIM/USJ et à Zeytouna Bay dans le cadre de la Journée de la Paix de l’ONU, Septembre 2015)

« Projet des Ombres »  Beyrouth 2013

The Shadows Project 4-Emile Issa
« L’Abri »   Photo Emile Issa 

 

The Shadows Project 2-Emile Issa
« Le Vent se lève »  Photo Emile Issa

 

The Shadows Project 3-Emile Issa
« Luciole »  Photo Emile Issa

 

 

The Shadows Project 6-Emile Issa
« Luceo Non Uro- J’éclaire mais ne me consume point »   Photo Emile Issa

 

 

''Whispers from the Levant'' - Al Abaday-Emile Issa
Sans titre      Photo Emile Issa

 

 

''Whispers from the Levant'' - Abou Kees-Emile Issa
« L’Escargot tirant son Noir Nuage »  Photo Emile Issa

 

''Whispers from the Levant'' Mawwal-Emile Issa
« Coquelicot » Photo Emile Issa

 

Insta @emile_issa