The Intriguing Multiverse of Emeric Lhuisset: Art meets Geopolitics

logo

At only 33 years old, artist Emeric Lhuisset reaches beyond the boundaries of art and information through photographs, videos and installations based on a rich combination of analysis and field research. After graduating from the Beaux Arts in Paris, the École Normale Supérieure and Paris I, he blends today the duality of the Art world and geopolitics. (French Below)

His exhibition in Beirut runs until the 24th of October, in Sursock Museum, within the collective expo “Let’s talk about the weather”.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Emeric Lhuisset

Emeric Lhuisset grew up in the Parisian suburbs, away from the Parisian museums route, discovering art through his history and geography books, filled with works related to major historical events. “It has always fascinated me”, he said. “When I visited my grandmother, I read with interest her books dating from the 30s, and I realized that the perspective on events was different, which is quite interesting. I discovered History was not just one established truth, but a mutating story that could change with time.”

Intrigued, he decided to understand.

Emeric studied maps then traveled to areas where major events were taking place, motivated by his insatiable desire to understand but also to intensely live these moments from within:“It’s fascinating to actually experience such stories: you’re not in the narrative, you’re the protagonist actively living through it.”

expo sursock museum emeric lhuisset
Emeric Lhuisset in « Let’s Talk About the Weather »  Sursock Museum Beirut

In addition, to his Art studies, he completed his academic journey with a theoretical foundation in geopolitics in order “to understand chain of events & elements that have created major changes in societies”, whether on the local, regional or international scenes.

Emeric Lhuisset Maydan 87, 2014p
« Maydan- Hundred Portraits » by Emeric Lhuisset series of 100 portraits of Maydan Movement volunteers Feb 2014, Kiev Ukraine

Through his inspiring & rich work, Emeric Lhuisset aims to raise awareness on conflict stories emerging form zones he often visits such as Ukraine, Syria, Iraq, Afghanistan or Colombia. “I have noticed that conflict is very present in Western societies, whether it is in the media, the movies or video games. Yet the image that we are given is extremely fantasized. I wanted to question this representation and the staging’s taboo. Although a lot of people tend to attach staging to the idea of lying and manipulation, others have always defended its relation to reality, as Delacroix said about photography: “Accuracy is not the truth”. So, in many of my projects, we find this relation to reality.”

 

logo

When the protests broke out in Ukraine in 2013, Emeric followed the developments from Paris. His research noticed a difference of treatment between pro-Western and pro-Russian media before the former Ukrainian president fled the country. “At that time, the country was under the control of the population, in this time-frame where everything seems possible, I decided to take a hundred portraits of the demonstrators as I gave them a questionnaire with two questions: what would like to happen now? What do you think will happen?

Maydan

Although the pictures are “posed” they will certainly say more about what was Maydan than the photograph of a protester on a barricade holding a Molotov where, according to the caption attached to it, we can make it say anything and its opposite.”

Emeric Lhuisset Maydan 51, 2014p
« Maydan Hundred Portraits »  series of 100 portraits of Maydan movement volunteers Feb 2014  Kiev Ukraine by Emeric Lhuisset

Some might say he flirts with journalism, but his approach is different. Supported by extensive research and interviews with fellow colleagues Emeric’s workflow integrates long periods on the field with the people concerned, without any preset time-limit or production imperative, until inspiration & data finally bloom into a unique artistic creation.

Emeric Lhuisset Maydan 44, 2014p
« Maydan-Hundred Portraits » by Emeric Lhuisset series of 100 portraits of Maydan Movement volunteers Feb 2014 Kiev Ukraine.

However Emeric’s work isn’t just limited to conflict zones: “In December 2016, I will expose French flags in the streets of Paris, with Welcome marked on them using the serigraphy technique. In fact, I wish to reclaim this ambiguous symbol, not by approaching it as a nationalist symbol but rather as a cultural symbol. A representation of a diverse culture, whose richness comes from the coming together of different universes”.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« To my friends from Elsewhere  » by Emeric Lhuisset Printing on Flag Paris France 2015.

 

EL
Emeric Lhuisset « Theatre of War » Photographs with a group of Kurdish Guerrilla, Iraq 2011-2012

At another level, Emeric is interested in the privatization of armed conflict and launched a website called “Mercenary International Corporation”, via which he received more than 400 CVs of mercenaries worldwide.

He is currently preparing a book with all of these previously anonymous CVs. Emeric Lhuisset first seeks to make phenomena visible, without bias, to make people question themselves, challenging their preconceptions. “Often, these are very complex situations, so I use aesthetics as a bait to catch the eye and lead the public to pause & think. I was very influenced by the poem ‘The Sleeper in the Valley’ ( Le Dormeur du Val) of Rimbaud. It begins by describing an idyllic landscape, almost a Garden of Eden, and only at the end, like a slap in the face, we understand that the young man who seems to sleep by the stream is a dead soldier.”

Emeric Lhuisset Last water war 9
« Last Water War, ruins of a future »  series of Photographs of the Archeological site of Girsu (Telloh) Iraq 2016 photo Emeric Lhuisset

Until the 24th of October 2016, Emeric Lhuisset will be part of the group exhibition “Let’s talk about the weather” presented at the Sursock museum in Beirut, Lebanon. This is actually a part of a more substantial work he created, reflecting on the issue of water in Iraq, threatened by a catastrophic human and environmental situation.

DCIM100MEDIADJI_0044.JPG
« Last Water War, ruins of a future » series of Photographs of the Archeological site of Girsu, Telloh, Iraq 2016 Photo Emeric Lhuisset

There Emeric puts into perspective the risks coming across, as we look at the ancient story of the Mesopotamian city of Girsu, destroyed in 2350 BC after 300 years of water wars.

Emeric Lhuisset Last water war 5
« Last Water War, ruins of a future » series of Photographs of the Archeological site of Girsu, Telloh, Iraq 2016, Photo Emeric Lhuisset

Should you be visiting Paris next fall, you can discover his entire project that will be presented at the Arab World Institute ( Institut du Monde Arabe IMA)  from September 29th to December 4th 2016.

Follow Emeric :      www.emericlhuisset.com

             Facebook

Kamsyn, July 2016

 

FR

expo sursock museum emeric lhuisset

A seulement 33 ans, l’artiste Emeric Lhuisset arrive à dépasser les frontières à la fois de l’art et de l’information au travers de photographies, vidéos et installations basées sur un riche travail d’analyse mais aussi de terrain. Ayant à la fois étudié aux Beaux-Arts de Paris, à l’École Normale Supérieure et à Paris I, il porte avec simplicité la double casquette d’artiste et de géopoliticien. Il expose jusqu’au 24 octobre au Musée Sursock à Beyrouth, pour l’exposition collective « Let’s talk about the weather ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Emeric Lhuisset

Emeric Lhuisset grandit dans la banlieue parisienne, loin des musées parisiens, découvrant alors l’art au travers de ses livres d’histoire-géographie, remplis d’œuvres liées à des grands événements historiques. « Ça m’a toujours assez fasciné », raconte-t-il. « Lorsque j’allais chez ma grand-mère, je lisais avec intérêt ses livres d’histoire-géographie des années 30, et je me suis aperçu que le regard différait sur les événements, c’est assez intéressant. En fait, l’Histoire n’est pas une vérité établie mais un récit qui peu évoluer selon les époques. »

logo

Intrigué, il veut comprendre, étudie des cartes afin de voir comment, pourquoi, puis se rend dans des zones où les événements se passaient, motivé par son envie insatiable de compréhension mais aussi de vivre ces moments de l’intérieur. « C’est fascinant de vivre ça : tu n’es plus dans le récit, tu le vis. » En parallèle, il mène ses études artistiques, qu’il complète avec un socle théorique en géopolitique pour affiner ses connaissances de terrain, avec la « volonté de comprendre le fonctionnement et les éléments qui ont créé des changements majeurs dans les sociétés », que ce soit au niveau local, régional ou international.

Emeric Lhuisset Last water war 5
« Last Water War, ruins of a future » Série de Photographies du site archéologique de Girsu ( Telloh) , Irak 2016 par Emeric Lhuisset

 

Emeric Lhuisset Maydan 3, 2014p
« Maydan- 100 Portaits »  Série de 100 portraits de volontaires du Mouvement Maydan , Kiev Ukraine Février 2014 par Emeric Lhuisset

Au travers de son travail, Emerci Lhuisset essaye de soulever des questions, notamment sur les zones de conflit, où il se rend souvent, notamment en Ukraine, Syrie, Irak, Afghanistan ou Colombie. « Je me suis aperçu que le conflit était très présent dans les sociétés occidentales, que ce soit dans les médias, les films ou les jeux vidéos, mais que l’image qui nous en ai donné à voir est extrêmement fantasmée. J’ai voulu interroger cette représentation, cette question du tabou de la mise en scène. Malgré le fait que beaucoup on tendance à rattacher la mise en scène à l’idée de mensonge et de manipulation d’autres ont toujours défendu son rapport au réel, tel Delacroix qui disait à propos de la photographie : « L’exactitude ne fait pas la vérité ».

Maydan

Du coup, dans nombre de mes projets on retrouve se rapport au réel. » Quand les manifestations éclatent en Ukraine en 2013, il suit de Paris l’évolution de la situation, fait des recherches et constate la différence de traitement de la part des médias pro-occidentaux et pro-russes avant de s’y rendre, le jour même où l’ancien Président fuit le pays. « A ce moment là le pays était sous le contrôle de la population dans cet espèce de moment de latence où tout parait possible,  j’ai alors décidé de réaliser 100 portraits de ces manifestants, mais avant je leur ai donné un questionnaire avec deux questions : qu’aimeriez vous qu’il se passe maintenant ? Que pensez vous qu’il va se passer ? Malgré le fait que ces photos soit posées, elles en disent certainement plus sur ce qu’était Maydan, que la photographie d’un manifestant sur une barricade un cocktail Molotov à la main où, en fonction de la légende que l’on y accole, on peut lui faire dire tout et son contraire. »

 

Emeric Lhuisset Maydan 1, 2014p
« Maydan- 100 Portaits »  Séroe de 100 portraits de volontaires du Mouvement Maydan, Kiev Ukraine Février 2014 par Emeric Lhuisset

Certains pourraient dire qu’il flirte avec le journalisme, mais sa démarche est différente, appuyée sur de longues recherches et entretiens avec des chercheurs spécialisés suivis de longs moments sur place avec les personnes concernées, sans limite de temps ni impératif de production, avant d’aboutir à une création artistique. Il ne se limite pourtant pas aux zones de conflit : « En décembre, je vais exposer des drapeaux français dans les rues de Paris, avec marqué Welcome dessus, en sérigraphie. En effet, j’ai souhaité me réapproprier ce symbole équivoque, en l’abordant non comme un symbole nationaliste, mais comme un symbole culturel, celui d’une culture multiple, dont la richesse vient de ce brassage avec l’ailleurs, avec l’autre ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« A mes Amis d’ailleurs  »  Sérigraphie sur Drapeau Paris France , 2015 par Emeric Lhuisset

Dans un autre registre, il s’intéresse à la privatisation des conflits armés et lance un site web appelé « Mercenary International Corporation », via se site il a reçu aujourd’hui plus de 400 CVs de mercenaires de par le monde. Il prépare en ce moment un livre regroupant l’intégralité de ces CVs auparavant anonymisés. Emeric Lhuisset cherche d’abord à donner à voir des phénomènes, sans parti pris, afin de faire se questionner les gens, de pousser leur réflexion. « Souvent, ce sont des situations très complexes, alors j’utilise l’esthétisme tel un appât pour capturer le regard et amener le public à réfléchir. J’ai été très influencé par Le Dormeur du Val de Rimbaud, où l’on commence par la description d’un paysage idyllique, presque un jardin d’Eden, et c’est seulement à la fin, telle une gifle en plein visage, que l’on comprend que le jeune homme qui semble dormir au bord du ruisseau est un soldat mort. »

 

EL
« Théatre de Guerre » Photographies avec un groupe de guérilla kurde Iraq, 2011-2012 par Emeric Lhuisset

Jusqu’au 24 octobre, il fait partie de l’exposition collective « Let’s talk about the weather » présentée au musée Sursock. Il s’agit en fait d’une partie d’un travail plus conséquent réalisé sur l’enjeu de l’eau en Irak, que différents facteurs sont sur le point d’amoindrir et donc de créer une situation humaine et environnementale catastrophique. Il met en perspective ce risque à venir à travers un regard sur le passé et plus précisément la ville Mésopotamienne de Girsu, détruite en 2350 av JC après 300 ans de guerre de l’eau. Pour les visiteurs Parisiens, l’intégralité de son projet sera présentée à l’Institut du Monde Arabe du 29 septembre au 4 décembre 2016.

DCIM100MEDIADJI_0044.JPG
« Last Water War, Ruins of a Future » Série de Photographies du site archéologique de Girsu (Telloh) Irak 2016 par Emeric Lhuisset

Suivre Emeric :      www.emericlhuisset.com

             Facebook

Kamsyn, Juillet 2016