Le Collectif Kahraba: Poésie en toute simplicité

logo2

capture

Depuis 2007, le collectif de théâtre Kahraba se promène dans tous les pays en apportant spectacles, performances et festivals à un public parfois curieux, souvent ravi. Attachés dès le départ à aller en-dehors de Beyrouth raconter des histoires basées sur les différentes réalités du quotidien au travers de l’exploration d’objets du patrimoine libanais, le Collectif Kahraba (éléctricité en arabe) interviendra lors du festival «La Belle Saison» organisé par l’Institut Français au Liban du 21 novembre au 3 décembre 2016.

2

Le Collectif Kahraba s’inspire de deux mots : simplicité et poésie. «Il s’agit d’avoir une logistique minimaliste pour pouvoir transporter nos spectacles partout au Liban, même dans des endroits non équipés comme les écoles et les camps », explique Aurélien Zouki, co-fondateur du groupe. « Nous sommes aussi très proches du public, qui n’est pas un consommateur passif et doit user de son imagination ».

untitled44

 

888
Aurélien Zouki

Ils ont ainsi réapproché et réapproprié au fil des ans, entre autres, les contes, le théâtre d’ombres, la figure du conteur et les fables. Leur spectacle familial « Géologie d’une fable » réalisé en 2015, cherchait par exemple à retracer le parcours et trouver l’origine de la fable originelle, en utilisant de l’argile sur scène.

9

Dans le cadre des nombreuses activités de l’Institut Français de Beyrouth, le festival « La Belle Saison » sera alors organisé aussi à destination du jeune public via la participation à une table-ronde sur les enjeux de la création.

la-belle-saison-au-liban-2016_article_high

a0fce8_31ce492704d14dde8f4bb4d95215af14
La Pianiste  Mélissa Briaud,  Printemps des Arts de Monte-Carlo

Toujours dans l’univers de la culture mais autour d’un autre registre, la pianiste française Mélissa Briaud, sera aussi présente avec le spectacle qu’elle a crée intitulé « De concert ». Il s’agit donc d’un conte initiatique sans paroles, fait d’impressions en sons et lumières afin de solliciter d’une manière fraiche et originale les cinq sens des 7 à 77ans. Mélissa Briaud collabore alors avec Hadi Deaibess, percussionniste engagé dans le théâtre social et avec Roberta Della Penna, qui a construit les scènes. « De concert » se déroule donc en cinq tableaux miniatures, chacun d’entre eux racontant un voyage et abordant un thème distinct, accompagnés d’une improvisation de musique classique en raisonnance avec le public installé tout autour.

La première représentation de ce spectacle aura lieu le jeudi 1er décembre à 11h dans la Salle Montaigne de l’Institut Français dans le cadre de la continuation des ateliers d’éveil musical à destination des enfants que l’artiste développe dans les écoles. Pianiste de formation à l’Académie de Musique de Prince Rainier III à Monaco et de l’école napolitaine, Mélissa a vécu à l’Île de la Réunion, au Canada et aussi deux ans à Rome afin de se perfectionner. « Au Liban, j’ai rencontré Hadi et nous nous sommes mis à donner des spectacles/concerts mêlant la musique classique, l’improvisation piano-jembé, et le répertoire libanais. L’idée étant de sensibiliser le plus de monde à notre concept ».

a0fce8_6cf2fef220d94dd59c386889b6c1b0fdmv2
Mélissa et une jeune élève

 

a0fce8_a53c8edaf1b64900906025d17d01cc9bmv2_d_1200_1600_s_2
Mélissa Briaud

 

capture

Pour la prochaine édition du festival annuel « Nous, la lune et les voisins » du Collectif Kahraba, en été 2017, le programme s’étalera entre Beyrouth et Hamana (village libanais sur la route d’Aley). Un moyen de faire bouger leur audience hors de l’habituelle capitale culturelle mais aussi d’introduire une nouvelle formule à leur composition : l’ouverture d’une résidence d’artistes à Hamana d’ici l’automne 2017. « Afin de continuer le travail de collaboration amorcé par le festival et permettre aux compagnies et artistes locaux et internationaux d’avoir un lieu de travail dans lequel répéter, créer et innover, nous avons pensé qu’un tel endroit s’imposait » raconte Aurélien Zouki. « Ce genre de lieu manque au Liban, et nous avons l’ambition de contribuer à la dynamique artistique de ce pays ».

6

En attendant que leur résidence ouvre, l’équipe est impliquée  dans la préparation du prochain festival qui devrait être, comme chaque année, plein de bonnes surprises.

logo2

Kamsyn, Novembre 2016