Educom Overseas: Quand l’Education traverse les frontières

logo

Avec une expérience inégalée en matière d’éducation, Educom Overseas accompagne  depuis 2001 toute personne désireuse de se former à l’étranger. Des procédures administratives au suivi pédagogique, Educom Overseas se charge de guider les étudiants dans leurs choix.

Educom Overseas a réussi, au fil des années, à construire un vaste réseau de partenariats avec des acteurs du monde éducatif et des experts en matière d’échanges estudiantins.’C’est ce qui nous a permis de proposer des solutions qui répondent aux besoins des étudiants, de leurs attentes et de leur budget’, affirme Mme Marie-Claude Saliba, fondatrice d’Educom Overseas. Cette agence de placement universitaire internationale traite avec plus de 23 pays dans le monde entier, comme le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, l’Italie, la Suisse, la France et l’Allemagne.

Pic

Etudier à l’étranger devient un phénomène récurrent auprès des jeunes. S’expatrier n’est pas nécessairement une obligation pour réussir sa carrière. Il n’est cependant pas sans dire qu’une telle initiative permet de découvrir d’autres cultures, d’apprendre d’autres langues et d’enrichir son CV. Dans le cadre de la foire Educom Study Abroad Fair, plusieurs représentants de différentes universités ont été présents sur place pour répondre aux questions des personnes intéressées par des formations à l’étranger. Kamsyn a interviewé deux d’entre eux, à savoir M. Damiano Antonazzo (NABA et Domus Academy) et M. Ivan Mielzarek (Institute of Design -IED).

information_items_6479

NABA et Domus Academy – Damiano Antonazzo

Quels sont les programmes et les services que vous mettez à la disposition des étudiants venus du Liban dans le cadre d’un échange à travers Educom Overseas ?

NABA et Domus Academy (DA) proposent une large gamme de programmes d’été, de Bachelors of Arts et de Masters dans les domaines suivants : Mode et Design, Décoration d’intérieur, Médias, Production graphique et 3D, Design Architectural, la Gestion des Marques de luxe. Tous les programmes sont accrédités par le Ministère Italien de l’Éducation, et nous mettons en contact ces étudiants avec les entreprises les plus prestigieuses de Milan.

Comment évaluez-vous l’échange estudiantin ? En quoi ce phénomène constitue-t-il un apport pour eux et pour vous en tant qu’université ?

La stratégie de NABA et de DA est axée sur l’international, avec des étudiants venant de plus de 70 pays différents. Cela contribue à la création de projets intéressants et innovants où la culture, le goût et l’expérience de chaque étudiant se fait sentir.

Dans quelle mesure le classement des universités favorise-t-il la concurrence entre ces différentes institutions au niveau mondial ?

Le prestige des Académies de Mode et de Design est donné par le niveau d’Entreprises qu’elles peuvent engager afin de collaborer avec des étudiants qui peuvent acquérir une expérience professionnelle réelle et être préparés à leur vie professionnelle.

Quels sont les défis à relever lorsqu’on étudie à l’étranger ?

Étudier dans un nouveau pays et parler une langue qui n’est pas la vôtre relèvent certainement du défi. Il s’agit toutefois d’une opportunité exceptionnelle qui permet de rassasier sa soif du savoir et d’acquérir une expérience internationale qui pourrait être très utile pour le développement des projets personnels.

Comment facilitez-vous l’intégration des étudiants ?

Nous disposons d’un service de logement qui aide les étudiants à trouver le bon logement en peu de temps, ainsi que d’un service de la vie étudiante qui leur facilite l’obtention du permis de séjour et leur expose les aspects bureaucratiques de la vie à l’étranger. Nos tuteurs et enseignants sont, dans ce sens, toujours attentifs et disponibles pour seconder tout individu ayant des problèmes d’intégration.

logo IED

Institute Europeo de Design (IED) – Ivan Mielzarek

(Campus en Espagne et en Italie)

Quels sont les programmes et les services que vous mettez à la disposition des étudiants venus du Liban dans le cadre d’un échange à travers Educom Overseas ?

Nous assurons à nos étudiants divers programmes d’été, d’études de premier cycle et de Masters en Mode, Design, Arts visuels et en Communication.

Comment évaluez-vous l’échange estudiantin ? En quoi ce phénomène constitue-t-il un apport pour eux et pour vous en tant qu’université ?

Cet échange ne peut être que proactif. La plupart des étudiants qui suivent des cours à l’étranger établissent alors des rapports entre le Liban et le pays d’accueil et ce, par l’échange d’idées, la découverte de différentes cultures, etc. ce qui favorise la créativité de tout un chacun.

IED web

Dans quelle mesure le classement des universités favorise-t-il la concurrence entre ces différentes institutions au niveau mondial ?

Ce principe ne s’applique pas vraiment dans le domaine des disciplines dites créatives. Nous accordons, en effet, plus d’importance aux prix remportés par les étudiants en matière de Design (comme la Red Dot Award).

Quels sont les défis à relever lorsqu’on étudie à l’étranger ?

Quitter la maison constitue un premier défi à relever. S’ensuit l’exposition à des cultures nouvelles et différentes : celle des locaux et des étudiants internationaux.

Comment facilitez-vous l’intégration des étudiants ?

Un bureau a été mis en place pour assister les étudiants venus d’ailleurs et pour leur assurer tout le soutien nécessaire à leur adaptation au nouveau système.

Natasha Metni pour Kamsyn 

kamsyn-2