La Nuit des Idées 2019: l’Édition de Beyrouth connaît un grand succès

ifr libanlfl

La quatrième édition de la Nuit des Idées a connu un grand succès, cette année aussi, dans l’enceinte de l’Institut français du Liban spécialement mise en lumière pour l’occasion. Cet événement d’importante envergure a regroupé des centaines de jeunes et moins jeunes autour de conférences, tables rondes, expositions et concerts festifs. Organisé avec le soutien fidèle de la Banque BEMO et en partenariat renforcé avec le quotidien l’Orient-Le Jour, ainsi que plusieurs partenaires, dont KAMSYN.

8

Lancée à Paris il y a quatre ans déjà, la Nuit des Idées constitue aujourd’hui un rendez-vous mondial, planétaire, qui se déroule sur tous les fuseaux horaires. De Tokyo à Los Angeles, cet événement a parcouru, en janvier dernier, la terre entière. Près de 200 lieux différents dans près de 90 pays ont témoigné de la réussite de cette manifestation culturelle.

Retour dans le temps

Lors de sa première édition, la Nuit des Idées avait été organisée au Quai d’Orsay, à Paris uniquement. Elle avait regroupé alors 4 000 personnes. Pour la deuxième édition, « nous étions sortis du Quai pour aller un peu partout et de 4000 participants, nous en sommes passés à 100 000, dans près de 44 pays », précise Son Excellence Bruno Foucher, Ambassadeur de France au Liban. L’année dernière, c’est dans le cadre de 175 événements que 200 000 personnes et 41 millions d’internautes ont fait de la troisième édition de la Nuit des Idées le plus gros événement, placé sous le thème « L’imagination et le pouvoir ». Celui-ci a été couvert par les moyens de communication les plus modernes. En 2019, l’édition « Face au Présent : Lignes de Front » a poursuivi sur sa lancée: 200 événements, 90 pays et des milliers d’individus ont donné âme à cet événement.

123
SE l’Ambassadeur de France au Liban M. Bruno FOUCHER

Pourquoi la Nuit des Idées ?

D’après SE Foucher, la Nuit des Idées a été lancée parce que « pour exister, il faut être capable de parler au monde, de parler de l’actualité et des messages dont la France se veut porteuse : la démocratie, le pluralisme, le respect de l’autre, le bien commun, à un moment où l’intolérance et la xénophobie progressent, où le repli identitaire guette ». L’Ambassadeur développe en affirmant que « pour créer un monde commun, le seul viable que l’on puisse créer, il faut œuvrer à développer les échanges entre les esprits et ne pas se contenter de favoriser ceux entre les marchandises et les capitaux ». Ainsi, à l’heure où la forme des débats est constamment renouvelée et que les modes de communication sont en perpétuelle évolution, la Nuit des Idées s’est donnée pour vocation de revivifier les échanges et de réinventer la notion de débat. C’est dans cette perspective que des questions universelles, intéressant les citoyens du monde entier y sont abordées. Au Liban, celles-ci ont été déclinées selon quatre angles. Tous les thèmes qui y ont été avancés correspondent à des préoccupations fortes de la société libanaise : la protection de l’environnement, la liberté d’expression, l’intelligence artificielle et l’écriture du présent.

21
Mme Véronique AULAGNON Directrice de l’Institut Français du Liban

Face au présent : l’impératif écologique

Dans le cadre de cette table ronde à 5 voix (Jocelyne Gérard – Chef de département de géographie à l’USJ, Hala Younes – Architecte urbaniste , Josiane Yazbeck – T.E.R.R.E. Liban, Mona Fawaz – Architecte, Professeure à l’AUB  Modération : Suzanne Baaklini – Journaliste experte en écologie à L’Orient – Le Jour)

111

Les problématiques relatives à l’environnement ont été relevées suscitant un vif débat entre le public et les différents intervenants. L’accent a ainsi été mis sur l’importance d’avoir les moyens de changer les comportements pour une meilleure préservation de l’environnement et pour ce faire, l’Etat devrait changer de vision et arrêter de reléguer cette question au deuxième plan. Pourquoi la politique ne parvient que très rarement à respecter les objectifs qu’elle se fixe en matière d’écologie ? Comment concilier les impératifs écologiques et les besoins économiques et sociaux ? Faut-il aller vers la décroissance de l’économie et de la consommation pour régler ce problème ?

9

Face au présent : menaces sur la liberté d’expression

Hommes et femmes de droit et de lettres, philosophes et journalistes, activistes et artistes, étudiants et élèves, jeunes et moins jeunes… Tant d’intervenants et d’auditeurs qui ont fait salle comble dans le Hall de la médiathèque de l’Institut français du Liban, dont les murs ont témoigné d’échanges intéressants, intenses par moments, portant sur la liberté d’expression. Dans un pays comme le Liban où les différences d’éducation, de statut social et culturel conditionnent la pratique individuelle et collective de la liberté d’expression, comment peut-on garantir celle-ci ?

7

Myriam Revault d’Allonnes – Philosophe, chercheure associée au Centre de recherches politiques de Sciences Po, professeure émérite des universités à l’École pratique des hautes étudesJad Maalouf – Président de la première chambre du tribunal de première instance du Mont Liban pour les affaires civiles et commerciales.
Ainsi que le Représentant du Directeur exécutif de SKeyes
Hanane Hajj-Ali – Activiste, femme de théâtre, enseignante
Hadi Damien – Initiateur de la Beirut Pride, chercheur en communication politique Père Abdo Abou Kasem – Directeur du Centre Catholique d’Information
Mounir Akiki – Rédacteur en chef de la revue de la Sûreté Générale  Modération : Michel Touma – Rédacteur en chef de L’Orient – Le Jour

10

Face au présent : l’intelligence artificielle, réinventer l’homme ?

Un sujet qui est au cœur de l’actualité internationale. Qu’est-ce que l’intelligence ? Pouvons-nous comprendre l’intelligence humaine à la lumière de l’intelligence artificielle ou vice-versa ? Que reste-t-il à accomplir à l’intelligence artificielle pour ressembler à la nôtre ? L’être humain sera-t-il bientôt obsolète pour certains métiers ? Quelles implications sur la société et le Droit ? Des réponses variées et diversifiées à des questions que se posent philosophes, politiciens, conseillers en stratégies numériques, chercheurs et autres spécialistes en la matière.

Nadim Gemayel – Député au Parlement, Président de la commission parlementaire du numérique
Jean-Michel Besnier – Philosophe, professeur de philosophie à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et membre du CREA (centre de recherche en épistémologie appliquée, École Polytechnique et CNRS) Christophe Zoghbi – Fondateur de Beirut Artificial Intelligence Community
Maher Hassanieah – Expert en intelligence artificielle conversationnelle, fondateur de Fig
Stéphane Bazan – Conseiller en stratégies numériques, chercheur en web science, fondateur de l’entreprise de conseils TomKeen. Modération : Sunniva Rose – Journaliste

12

Écrire le présent

C’est au Café des lettres que M. Charif Majdalani, écrivain et Président de la Maison Internationale des Ecrivains à Beyrouth a animé un café littéraire, dont l’objet a été l’œuvre romanesque de M. Thomas Reverdy, écrivain français, auteur, entre autres, de « Il était une ville » et « l’hiver du mécontentement ».

La soirée ne s’étant pas limitée au côté purement académique et intellectuel, des rencontres libres, expositions, expériences de réalité virtuelles et un concert ont constitué la richesse de la Nuit des Idées qui a pris fin aux premières lueurs du jour. Rendez-vous l’année prochaine pour l’Édition 2020.

Propos recueillis par Natasha Metni Torbey

ifr liban lfl

KAMSYN PR